Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Terrain

(modifié: avril 2014)

Quelles sont les grandes figures de l’écologie qui nous inspirent ? Qui sont ces hommes et ces femmes dont le travail scientifique, philosophique et de terrain nous aide à prendre mieux conscience de l’importance de notre environnement ? Tour d’horizon.

 :: Figures de France ::

> René Dumont (1904-2001), ingénieur agronome, il commence par s’opposer au colonialisme sans voir que le modèle d’agriculture industrielle est une autre forme de violence. Progressivement, il prend toute la mesure du problème et élabore sa pensée écologiste pacifiste, anti-capitaliste et basée sur une solidarité entre les peuples qui prenne vraiment en compte les pays du Sud. En 1974, il se présente aux élections présidentielles. Le score est faible mais la graine est semée...

> Jean Nolle (1918-1993) était un fils d’agriculteur en traction animale installé dans les Ardennes. Devenu ingénieur en machinisme, il est basé à la frontière allemande où il voit les veuves de guerre travailler seules à la ferme dans des conditions épouvantables. Pour les aider, il met alors au point d’énormes machines adaptées aux tracteurs et capables d’arracher, calibrer, trier, mettre en sac 1 ha de pommes de terre en un jour ! Ses inventions s’inscrivent complètement dans la logique de son époque dominée par le « tout machine » et le « progrès mécanisé ». Dans les années 1950, il travaille avec la FAO et voyage beaucoup, notamment en Afrique et en Afghanistan.
Durant ses voyages, en observant le travail des petits paysans, Jean Nolle comprend que ce progrès mécanisé est une illusion doublée d’un redoutable moyen de déposséder les gens de leurs savoir-faire traditionnels en leur vendant des machines toujours plus chères et toujours plus compliquées - processus qui marginalise forcément la plupart des paysans ! Il décide alors de mettre son talent au service des « sans terre », des petits paysans « oubliés » par le progrès et invente sur place des outils basés sur son observation directe des usages, des pratiques et des besoins locaux. Jean Nolle travaille seul et se rend dans plus de 85 pays croyant toujours que ses inventions déboucheraient sur une réelle coopération. Toujours mandaté par la FAO, à chaque voyage il rencontre des personnes d’influence mais sans que rien n’aboutisse jamais concrètement. Seul un de ses amis, un industriel de la région parisienne, s’est montré complètement prêt à fabriquer ses inventions mais, hélas, aucune commande ne fut jamais passée... Sur la traction animale moderne, voir ici.

> Pierre Rabhi (1938- ) est un écologiste présent sur le terrain des idées (nombreux livres dont Manifeste pour la terre et l’humanisme, Actes Sud, 2009), de la terre (à l’origine des Oasis en tous lieux, notamment à Chenini-Gabès en Tunisie), de la pédagogie (formations à l’agro-écologie avec Terre et humanisme), de la politique (engagement en 2000 avec le Mapic, Mouvement appel pour une insurrection des consciences), de l’accueil grand public (à l’origine du centre des Amanins) et des réseaux sociaux (réseau des Colibris). Il a été ouvrier avant de poser les bases de l’agro-écologie, une vision globale et humaniste de l’agriculture et de la vie qui passe par une remise en question de l’éducation.

A venir : Christine Jean, François Terrasson, Philippe Desbrosses, Dominique Guillet, François Veillerette, les Robin des Bois, les Robin des Toits, Mycle Schneider, André Picot...


 :: Figures d’ailleurs ::

> Rachel Carson (1907-1964) est une pionnière de l’écologie. Biologiste et zoologiste américaine, elle écrivit un livre retentissant sur les dommages causés à l’environnement par les pesticides. Son travail (Printemps silencieux, 1962) aboutit à l’abandon du DDT. Elle fut la première à établir un lien direct entre la façon dont les femmes et la terre sont (mal)traitées par les hommes.


> Au Japon, M. Fukuoka (1913-2008) a quitté sa carrière de scientifique de microbiologiste pour se consacrer à une agriculture naturelle où l’intervention humaine est très limitée. Il utilisa notamment le mulch (paille) et fonda ses excellents résultats sur une profonde observation directe de la nature dans la ferme familiale de l’île de Shikoku, au Japon. Découvrir également le travail de Mr Takao Furuno.


> La permaculture a été formalisée par deux agronomes américains, Cyril G. Hopkins et Franklin H. King dans les années 1910. Le concept est celui de la "permanent agriculture", une agriculture pérenne. Dans les années 1970, Bill Mollison et David Holmgren, deux Australiens, reprirent l’idée en la diffusant beaucoup plus largement. Le but est de ne plus labourer la terre.


> Vandana Shiva (1952-) est physicienne, épistémologue, écologiste, écrivain, docteur en philosophie des sciences et féministe. Elle travaille en Inde à la diffusion libre des semences, contre le brevetage du vivant et la préservation des écosystèmes avec son association Navdanya.

> Rudolf Steiner (1861-1925) était un penseur autrichien qui élabora une vision très complète de la relation de l’homme à la terre. Elle pourrait se résumer à nourrir les hommes et soigner les sols par des préparations de plantes. Sa pensée est principalement à l’origine de la pédagogie Steiner et de la biodynamie dont un excellent exemple se trouve à Sekem, en Egypte.

A venir : Rajagopal, Wangari Mataï, Sea Sheperd, I. Abouleish, Scheffler, David Suzuki, N. Vavilov, Josh Fox, Rachel Carson, Heidemarie Schwermer, Satish Kumar, Rob Hopkins, Charles Moore...

Depuis 1990, le prix Gold Man récompense des hommes et des femmes qui se battent sur le terrain pour préserver l’environnement. C’est également la mission des Right Livelihood Awards. Le monde d’après-demain sera fait par eux (et nous).






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?