Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Thomas Tertois - mutin

(modifié: mai 2012)

Quand j’étais toute jeune, on - les médias - disait que "oui, mai 68 c’était bien mais bon". Ou bien "oui, les hippies c’était sympa mais bon ils sont tous devenus des méga-riches dans la com’ ou la culture alors à quoi bon se révolter." Comme bien des choses, je n’arrivais pas à le croire. Une force de protestation pareille ne pouvais pas disparaître comme ça !

J’avais raison. Les révoltes changent de formes, elles apprennent de leurs adversaires et, comme à Seattle en 1999 par exemple (1), on voit que rien n’a disparu, au contraire. Une des forces de la résistance actuelle c’est son extraordinaire diversité - ce qui représente vraiment des millions de gens, des résistants de tous horizons.

Parmi eux, Les Mutins de Pangée sont groupés dans une structure coopérative qui a vu le jour en 2005 pour faire des films sur des sujets plutôt tabous dans les grands médias. Ils se définissent comme "des amateurs qui ne font que ça", une sorte "d’Amap du film" ! Thomas Tertois a pris un peu de temps pour en dire plus.

Comment est née cette coopérative ?

> Elle est animée par cinq personnes qui sont toutes passées par Zalea TV, la chaîne alternative qui a fonctionné entre 2000 et 2007. Le fonctionnement était déjà associatif, et notre idée était d’apporter une vraie liberté d’expression dans le paysage audio-visuel français. Quand la chaîne a dû s’arrêter, Les Mutins de Pangée ont pris le relais avec l’idée d’une fronde sans frontières puisque la pangée désigne le super-continent de la terre.
Il y a trois réalisateurs, Boris Perin, Pascal Boucher et Olivier Azam et deux autres personnes qui s’occupent de la gestion, de la prod, de la com, des éditions...

J’ai vraiment beaucoup aimé le dvd sur Chomsky et le dvd de complément qui montre les rencontres entre Daniel Mermet et des intervenants avec le public. C’est vraiment très fort d’avoir réussi à rendre si familière la pensée de Chomsky et son regard très lucide avec de petits moyens. Alors comment sont financés vos films ?

> C’est vrai que Chomsky a vraiment rencontré son public, il y a eu plus de 200 débats. C’est depuis ce film qu’on commence à nous connaître. Il a été financé aux 2/3 par des souscripteurs et pour le reste par le CNC qui a donné une avance sur recette après réalisation pour financer la post-production, c’est-à-dire la première copie du film. Ce fonctionnement nous laisse vraiment une très grande liberté.

Les propos de Chomsky sont vraiment très subversifs et très intelligemment subversifs. Vous n’avez aucune censure ?

> Notre liberté est possible précisément parce que ce sont des souscriptions. Nous ne sommes redevables de personne, et donc indépendants. Aussi, le pré-achat de nos dvds par les souscripteurs permet de réduire les coûts.

Un de vos prochains projets est sur Howard Zinn, un autre penseur activiste américain qui a écrit une formidable Histoire populaire de l’empire américain. Ce livre a vraiment fait prendre conscience à beaucoup d’Américains de la réalité de leur politique dans l’histoire moderne. Il a été adapté en bande-dessinée en France chez Vertige Graphic. Pourquoi vouloir faire un film ?

> Howard Zinn est un compagnon de route de Noam Chomsky. En allant interviewer Chomsky, Oliver Azam et Daniel Mermet ont aussi interviewé Zinn. C’était en 2008-2009, juste avant son décès. Nous n’avions pas encore l’idée d’en faire un film mais depuis nous avons pensé que ce serait intéressant de porter un autre regard sur les USA à travers la vie de Zinn. Le financement se fait là aussi par souscription et on espère qu’il y aura des débats.

Comment faites-vous connaître votre travail ?

> Par les débats justement, l’émission de Daniel Mermet, Là-bas si j’y suis, dans les salons où nous sommes présents.

Vous avez d’autres projets ?

> Oui, nous travaillons avec un jeune réalisateur qui nous a envoyé son projet "Sur les toits". Le sujet en est la mutinerie dans les prisons françaises au début des années 1960. Michel Foucault y avait participé et cela avait contribué à ouvrir le débat sur les prisons.

Qu’est-ce que vous aimez dans ce que vous faites ?

> Porter des idées, proposer un regard vraiment différent sur le monde.

Autre projet des Mutins, Le plan de bataille des financiers - d’un cynisme effarant.

(1) Voir aussi le film américain Bataille à Seattle.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?