Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Argent

(modifié: novembre 2012)

Vous je ne sais pas mais moi vraiment c’est un truc qui ne m’intéresse pas l’argent. Longtemps j’ai cru que c’était important, qu’on pouvait faire plein de choses avec, et ce n’est pas vrai : on peut faire certaines choses, comme acheter des biens et des services. Alors bien sûr, dans un monde qui repose sur la croyance que l’argent sert à tout, il semble que sans lui rien ne soit possible. Mais c’est une illusion, et elle est bigrement forte.
Non pas que je sois devenue détachée ou dématérialisée, loin de là. C’est juste qu’accorder tant d’importance à des rectangles de papier coloré me dépasse. Et voir que tant de gens sont bloqués dans des initiatives géniales par manque de papier coloré me fait virer bougonne ! Sans parler de ce 1,6 milliard de nous-autres qui vivent avec moins de 1$/jour.
Quand on y pense, tout le temps passé (perdu ?) à penser à l’argent, le chercher, le trouver, le garder, l’investir, le perdre... Pourquoi pas mais au fond... pffff !!!
Et si on s’en passait comme cette dame qui vit sans argent ? Et si on le partageait autrement ? Et si on regardait notre manque d’argent (car il en manque toujours, n’est-ce pas ?) avec un peu d’humour et de distance pour considérer d’autres richesses, comme le propose Lilou ? Et si on multipliait les monnaies locales qui pointent un peu partout ? Et si celui qu’on garde travaillait vraiment pour d’autres ? Quelques pistes qui me semblent intéressantes pour avancer sur ce sujet difficile...


 :: Échanger ::

> Pionniers en la matière, les Réseaux d’Echanges Réciproques proposent des échanges bénévoles de savoirs sans monnaie (à la différence des SEL (Systèmes d’Echanges Locaux). L’association Foresco appuie toutes les initiatives existantes ou à créer autour de cette idée.
> Autre piste des plus sérieuses : l’open source (ou accès libre). Tout a commencé avec des logiciels, Linux notamment, parce que les concepteurs entendaient que l’informatique reste quelque chose de libre. Donc tout le monde contribue au code et l’améliore et au final c’est un système beaucoup plus sécurisé que Windows qui vous fait payer chaque modification que vous n’avez pas demandé. S’inspirant de ce principe d’une technique ouverte, différents projets écologiques sont en train d’émerger.

 :: Établissements solidaires ::

> Finansol, association et label du même nom, propose des produits d’épargne solidaire.
> Les Cigales ou Club d’Investissement pour une Gestion Alternative, Locale et Solidaire existent depuis 1983. Il y en a près de 120 aujourd’hui qui rassemblent plus de 1500 personnes.
> Les réseaux Garrigue financent des entreprises socialement innovantes, respectueuses de l’humain et son environnement !
> La banque du Crédit Coopératif est ouverte à tous, les retraits soutiennent des associations et des engagements durables. La Nef qui lui est associée pour les prêts.

 :: Idées ::

> Celle de la taxation d’une partie des transactions financières pour redistribuer cet argent est défendue depuis 1998 par Attac, notamment avec la taxe Robin des Bois.
> La loi de l’abondance exposée par P. Derudder.
> Explication du système de création monétaire par les Libertariens.
> L’économie populaire : Viva Favela !
> Sortir de l’économie... d’un certain type d’économie, essayer du moins.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

A lire aussi : livres, liens

  • Comment les riches détruisent la planète, H. Kempf, Seuil, 2007 - un livre vraiment lucide sur le sujet.
  • Les aventuriers de l’abondance, P. Derudder, Ed. Yves Michel, 1999.
  • Le micro-crédit ou le pari de l’homme, M. Nowak, Rue de l’Echiquier, 2009.
  • Godin, inventeur de l’économie sociale : mutualiser, coopérer, s’associer, Editions Repas, 2010.

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?