Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



France Renaud - prof inspirée

(modifié: octobre 2012)

Il faut le savoir et je l’ignorai : vu le manque d’aspirants paysans, depuis quelques années les lycées agricoles se reconvertissent et forment des jeunes aux métiers de l’animalerie. Au lycée agricole de Magnac-Laval (en Haute-Vienne, Limousin) France Renaud enseigne l’aquariophilie... une discipline dont elle tire des leçons surprenantes. Lisez plutôt.

"Au départ je suis ingénieure agricole et j’enseigne depuis octobre 1983. Mon envie c’était de former des agriculteurs et aujourd’hui, en raison de la reconversion du lycée, je forme des vendeurs en animalerie. A la fin du cursus, il faut que les jeunes puissent conseiller les propriétaires d’animaux de compagnie, faire un travail de vente, d’entretien du bien-être des animaux... De la 3e au BTS, il y a ici environ 200 élèves, internes à 95%.

L’aquariophilie est devenue ma spécialité tout simplement parce qu’il n’y avait personne d’autre pour le faire. Et il se trouve que c’est un moyen à la fois simple et percutant pour faire passer quelques messages importants : qu’est-ce que cela implique de sortir un animal de son environnement ? comment restaurer cet environnement artificiel qu’on lui créé pour que la vie continue ? saviez-vous que le trafic animal est le 3e au monde ? comment préserver le bien-être des animaux ? C’est sous angle-là que ça me passionne et que j’arrive à partager ma passion avec les élèves qui abordent très souvent l’écologie par la peur des catastrophes dont parlent les médias. Au niveau de leur environnement immédiat, ils ont peut-être moins conscience de ce qui se passe et l’idée est de les amener à cette conscience. Et là, on utilise notre propre environnement : le lycée.

Je ne fais pas vraiment de différence entre le Développement Durable (DD) et l’Ecologie. Il me semble que l’un sert à l’autre et réciproquement et que les deux nous parlent de quelque chose de très urgent. Aujourd’hui l’écologie n’est plus marginale, les délégués DD présents au lycée représentent une démarche issue du Grenelle de l’environnement et mon travail avec eux s’inscrit dans cette démarche mais le changement ne peut pas être "que" écologique, il doit être global... et en attendant, je m’active là où je suis.
Clairement, il manque un mot pour parler de ces problèmes d’environnement. Il me semble que c’est tout simplement du vivant dont il s’agit. On a pas encore de mot qui réunisse tout le monde sans se faire d’ennemi - et c’est un handicap. J’avais créé un module sur ça : Qu’est-ce que l’écologie ? Les élèves ont été très demandeurs et ont eu envie de passer à l’action.

Et c’est comme ça qu’on a démarré en 2011 avec 12 éco-délégués, et 26 en 2012. C’est quelque chose qui est entièrement volontaire dans leur cursus. Cette année notre repas 0 déchet a reçu le prix de l’action positive des Jeunes Reporters pour l’Environnement. Ils avaient réalisé un diaporama pour rendre compte de leur travail. C’était super pour l’équipe car c’était de la communication basée sur l’action donc ça avait du sens, et ça c’est très important pour les jeunes. On est vraiment dans l’action là. Parfois, ils me disent : mais Madame, c’est une goutte d’eau ce qu’on fait ! Et je leur réponds : c’est vrai mais qui vous dit que cette goutte d’eau dans 10 ans, dans 100 ans, ne va pas devenir un grand fleuve et que votre effort pour le changement ne va pas créer plus de changement ? D’autant qu’en général, plus on agit, plus on a envie d’agir.

L’année prochaine on continue avec une équipe peut-être plus nombreuse... On va poursuivre notre réflexion sur les déchets. Quand on pense qu’il n’y avait même pas un coin compost dans le lycée agricole ! Là, on est en train d’essayer d’amener des pavillons de compostage - je me suis inspirée d’une initiative formidable en Picardie et pour l’instant nous avons une partie du financement. Dans tout ça, ce qui me passionne c’est d’allier action écologique et action pédagogique."






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?