Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(30 mai 2012)

Travaille Travaillons Travaillez

Ce n’est qu’assez récemment que j’ai découvert Jeanne Benameur, avec Les Insurrections singulières. Un très beau récit de liquidation sociale, dans une veine plus espérante que celle de Mordillat. Un héros auquel on pense encore longtemps après, Antoine, prit dans une liquidation, qui cherche sens, s’engouffre dans la brèche et commence à se découvrir au Brésil.

Dans ce recueil, Une histoire de peau, Jeanne Benameur a rassemblé trois nouvelles mais je ne parlerai que de la première, la seule qui m’a vraiment intéressée, Travaille Travaillons Travaillez.

Cela se passe dans un hors temps, dans une époque qui n’existe pas sauf qu’elle existe si peu cette époque, elle est si peu décrite, qu’elle arrive pile au coeur de la nôtre. La variation de l’histoire est saisissante - ne comptez pas sur moi pour vendre la mèche !

Le titre dit tout du sujet central : le travail.

En le lisant, j’avais en tête l’invraisemblable devise :

Reste que si l’on y pense c’est vrai : dans un monde où tout se vend et s’achète, où l’argent est présenté comme la clef de la liberté alors oui, le travail rend libre.
Mais libre de quoi ? Libre d’être ou libre d’accéder à de l’argent pour acheter encore plus de biens pour être encore plus... libres ? confortables ? sécurisés ? enchaînés ?

Et je me suis souvenue de l’entreprise allemande IG Farben dont les bâtiments modèles ont été une référence d’architecture fonctionnelle avant guerre.

Après la guerre, la Seconde pour nous, l’ensemble a été récupéré intact par les Américains qui y firent leur QG jusqu’en 1989, à la chute du Mur. Aujourd’hui c’est un campus universitaire baptisé Université Johann Wolfgang Goethe qui doit se retourner dans sa tombe de voir son nom associé à ce que contiennent ces pierres.

En effet, avant les camps "Arbeit mach frei" était la devise IG Farben (on la retrouvait aussi à l’entrée des goulags) et l’entreprise loua pendant la guerre aux nazis pas mal de journaliers. Tellement d’ailleurs qu’un petit train emmenait bosser ces malheureux chaque jour, de l’usine au camp, du camp à l’usine. Métro, boulot, dodo.

Une des filiales d’IG Farben produisant le gaz Zyklon B, initialement conçu et utilisé comme insecticide et raticide, il a été testé avec le succès que l’on sait dans certaines chambres à gaz.

Les dirigeants de ce fleuron de l’industire teutonne ont été jugés en 1947 à Nüremberg. En 1950, la société a été dissoute par décret puis démantelée en 1952 en douze sociétés héritières, dont... Agfa, BASF, Hoechst, Bayer AG et Dynamit Nobel.
Bayer AG, pour ne citer qu’elle, étant actuellement lourdement responsable de la diffusion des pesticides hyper-polluants, recyclage des recherches d’IG Farben durant la guerre.

Donc, les Américains, soit le monde "libre", reprennent le bâtiment, enracinent leur définition de la liberté dans ce fief d’humanité et finissent le travail. On le sait, cela ne relève d’aucune théorie du complot : le monde "libre" (avec cette définition très particulière de la liberté) a copieusement utilisé les "savoir-faire" nazis pour se structurer(1) ce qui donne... Travaille Travaillons Travaillez.

Lisez-le et dites-moi si vous aussi vous y retrouvez quelque chose de l’expérience d’un certain monde du travail...

Quand les lecteurs ont découvert 1984, tous ont pensé avec horreur à la possibilité de cet univers à l’époque inconcevable, relevant de la science-fiction ou d’un passé immédiat qui jamais ne reviendrait (1949)... Aujourd’hui, en lisant ce texte de Jeanne Benameur, nous voyons que beaucoup d’entre nous y sont et que le plus formidable c’est que nous le voyons pas.


(1) Voir par exemple l’excellent documentaire Mon meilleur ennemi sur l’utlisation de ce genre de "compétences" - le nom du réalisateur m’échappe mais il a été oscarisé pour Le Dernier roi d’Ecosse.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?