Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(25 avril 2013)

Le tableau noir : à l’école des Colibris

Une ou deux choses me fascinaient dans la salle de classe, dont le tableau noir d’où surgissaient comme du néant chiffres, lettres, dessins, formules... pour disparaître à nouveau presque aussitôt.

En voyant le documentaire "Quels enfants laisserons-nous à la planète ?", je n’ai pas pu m’empêcher, bien sûr, d’être renvoyée à l’éducation scolaire reçue... où je me suis mortellement ennuyée jusqu’à la Terminale. J’ai détesté devoir rester assise et enfermée des heures durant, devoir réfléchir à heures fixes alors que ça me venait très bien à d’autres moments, ne jamais rien comprendre aux maths et m’entendre dire que, vu mon profil, la coiffure était probablement ma voie... Je n’ai rien contre les coiffeurs bien sûr mais j’ai abondamment séché les cours. Et puis un jour, des années après, pourtant bardée de diplômes, quand j’ai vu que je n’étais pas fichue de connaître le nom de l’arbre que j’avais sous les yeux et que je ne savais pratiquement rien faire de mes 10 doigts, j’ai compris que je ne savais rien et j’ai tout plaqué.

Le débat sur l’école et l’éducation qui va avec est biaisé depuis des années. Grosso modo, pour le dire vite et à quelques exceptions prêt (et il y en a évidemment), l’école occidentale produit des fournées de gentils consommateurs, pas des citoyens responsables. Le grand travail de l’Instruction Publique fut, ne l’oublions pas, de sauver les ouailles de l’obscurantisme de l’enseignement religieux pour apprendre à lire à nos petits paysans afin de rapidement les envoyer à l’usine où l’utilisation de machines nécessite un minimum de connaissances, notamment pour comprendre... les modes d’emplois !

Partant de là, il existe aujourd’hui et depuis quelques temps déjà d’autres voies qui vont de la pédagogie mutuelle à la méthode Montessori, très peu explorées par les gouvernements et on le comprend. En effet, que se passerait-il si nos enfants refusaient en masse de gober ce qu’on leur dit, en un mot d’obéir aveuglément aux normes en vigueur ? Si la liberté d’être, de dire et de penser s’invitait vraiment à l’école ?

Encore trop peu visibles (quoique, ça commence), les lieux de pédagogie alternative sont souvent hors de prix et vite pleins, ce qui laisse beaucoup d’entre nous sur le carreau avec une vraie difficulté pour se faire une idée du dedans, de "comment ça marche" et est-ce que nos bambins ne vont pas se désocialiser ? Se transformer en graines de hippies ? Pire, en chômeurs potentiels ?

Je vous rassure : ils vont surtout s’a-socialiser de tout l’esprit de compétition, d’individualisme, de frustration et d’obéissance aveugle qui sont les piliers du système éducatif actuel. Ce qui va leur permettre, quand ils entreront dans cette société-là, d’y apporter leur expérience alternative où, justement, des valeurs beaucoup plus intéressantes leur seront devenues banales, tout simplement parce qu’ils les auront apprises. Et qu’au passage, ils auront développé leurs huit formes d’intelligences (et oui).

"Quels enfants laisserons-nous à la planète ?", le documentaire réalisé par Anne Barth en 2010 sur l’école du Colibri du centre des Amanins, dans la Drôme, est à ce titre remarquable. Axé sur la pédagogie, la transmission et la structure proposée, il n’y a pas de grands discours idéalistes mais des concepts clairs et nets, sans cesse illustrés par la mise en pratique avec des enfants qu’on aimerait suivre plus longtemps dans leur parcours.

Regardez, par exemple, la résolution d’un conflit par les enfants eux-mêmes en appliquant la communication non-violente. C’est hallucinant ! Quand vous, adulte, ramez comme c’est pas permis à votre formation de CNV en essayant maladroitement de comprendre ce qui vous frustre et de vous dépatouiller avec vos émotions négatives réprimées depuis l’enfance, les bouts de choux, eux, dénouent naturellement le conflit avec leur petit médiateur. Et c’est facile parce qu’ils ont appris à manier l’outil. Tout est là : quelles valeurs voulons-nous transmettre à nos enfants ?

> Vous pouvez visionner la bande-annonce du DVD ici.

> Pour aller plus loin, le Forum "Éduquer pour élever les consciences : bâtir l’école de demain" est proposé aux Amanins du 30 avril au 5 mai prochain, en présence d’Isabelle Peloux.

> Et pour ceux et celles qui ont manqué ce grand moment de liberté éducative, cette merveilleuse conférence de Sir Ken Robinson.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?