Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(30 novembre 2013)

La contrefaçon n’est plus ce qu’elle était

Quand j’étais petite et que j’allais en vacances à Florence avec ma maman, des Africains immenses et fiers accroupis par terre vendaient des copies de sacs de luxe bien disposés sur des couvertures râpées. A la première ombre de képi, ils détalaient. Leur étal illégal étant chargé de contrefaçons.

Depuis des siècles, paysans et paysannes assurent la biodiversité alimentaire en conservant les graines de leurs plus beaux fruits et légumes. Pas les plus beaux d’une beauté artificielle, insipide, résistante aux chocs et facile à transporter en camion. Non, une beauté vraie, savoureuse, adaptée à la terre, au vent, à la luminosité particulière de ce bout de terrain qui a vu pousser ce pommier, ce pied de tomates, de courgettes, ce prunier, cet olivier.

Aujourd’hui, des industries vous vendent des graines avec interdiction de les utiliser l’année suivante. Sur ces semences, elles disposent d’un droit de propriété absolu et légal, voté en France en 2011. Paysan, soit tu rachètes, soit tu paies des dividendes à l’industrie productrice. En Inde, cette politique de brevetage du vivant en a poussé de milliers au suicide.

Et là où ça devient hautement pervers c’est quand les graines peuvent être soupçonnées d’être des contrefaçons. Si, vous avez bien lu. Et comme se le demande très justement le journaliste sur TV5 Monde "Mais que peut donc justifier de telles dispositions, qui pour être déjà appliquées en Amérique du Nord et du Sud dévastent la petite paysannerie tout en détruisant la biodiversité ? " Mais oui, quoi donc, à part l’avidité de quelques-uns et l’inertie de la plupart ?

Vous avez toute l’info sur le site de Semons la Biodiversité avec des articles qui vous expliquent la chose, ce drame.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?