Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(21 juin 2014)

Journal de campagne - 3

Hier soir j’ai regardé le film sur la vie de Steve Jobs avec le même intérêt que celui que j’avais pour les documentaires animaliers de mon enfance : voyons comment vit cette espèce lointaine. Sa croissance, son développement, son milieu, comment il se reproduit et prolifère.

Pour l’espèce en question, c’est pas jojo : trahison des amis, fuite des responsabilités, créativité sous acide, non-respect des rythmes des autres, control freak, détournement de sagesses à des fins de profit, production sans souci des conditions de travail, création de dépendance matérielle, pollutions diverses, le tout porté par un super-égo (ce qui nous fait tout de même un point commun avec l’animal).

Pour moi, Steve Jobs et tous ces mythes à la noix, c’est ça : un tout petit animal qui stocke l’argent, les actions, l’énergie des autres comme un malade et prolifère très vite. Peut-être ça ?

Mais vous avez sûrement d’autres idées...

Comme chez les animaux, on trouve souvent chez les humanoïdes les dominants, les dominés et les autres, et parmi les autres, il y a ceux qui recréent le dominant/dominé, et puis il y a les autres...

Je ne considère pas Steve Jobs comme un changeur de monde, pas plus que Bill Gates ni Mark Zuckerberg. Pourquoi ? Parce qu’ils ont créé ou catalysé des inventions d’outils fabuleux, c’est indiscutable, mais dans une logique parfaitement intégrée à un monde qui a mes yeux n’existera plus dans quelques décennies. Une logique où domine le profit personnel. Et qu’une partie plus ou moins importante de leurs fonds soit placée dans des actions humanitaires ne change rien à l’affaire car les actions humanitaires font aussi partie de cet ancien monde, celui qui ne marche pas pour tout le monde.

Or moi, je voeux vivre dans un monde où "ça" marche pour tous, un monde vraiment connecté, pas pour s’échanger du rien mais pour échanger sur l’essentiel. Et cela n’a rien d’utopique puisque je vais raconter une histoire avec 200 personnages réels qui pensent dans ce sens !






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?