Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(3 avril 2012)

J’en ai marre qu’on me prenne pour un mollusque ! 2/La bibliothérapie

Le dernier truc à la mode, cela ne vous aura pas échappé, c’est la bibliothérapie.
Comprendre = soigner par les livres.
Ce qui revient à dire que ce bon vieil usage consistant à recommander un bon bouquin à un ami, ce livre-là qu’on a aimé pour ce gars-là qu’on connaît et qui, pour sûr, va trouver dans ces pages de quoi rêver, apprendre, comprendre, avancer peut-être même, et bien ce conseil spontané se fait payant.

Vous verrez que bientôt donner l’heure à quelqu’un va devenir du "time councelling".

Je suis allée voir le site évidemment, m’imaginant déjà bibliothérapeute (vu mon papivore passé il y a de quoi), m’attendant à découvrir des merveilles. Je sais, je rêve. En chemin, je me souvenais d’une amie très chère qui m’avait apporté un pur diamant un jour que je m’étais perdue, Dalva, d’un ami samouraï à ses heures qui m’avait passé Demande à la poussière et cet auteur américain dont j’oublie le nom qui écrit des trucs japonisants superbes comme Tokyo Montana Express, une autre après une rupture m’avait offert son exemplaire chiffonné de Retour à la vie, sans parler de l’univers de Pirandello, d’un marin qui m’amena à Saint-John Perse sans le savoir, ni de mon futur cher et tendre qui me mit Abattoir 5 dans les pattes pour achever de me conquérir - pas forcément romantique mais rudement efficace. Et je ne parle pas des livres ambulants, oubliés sur des bancs, des perdus, des chocs divers d’Etty Hillesum à Swamiji en passant par Amitav Gosh, Christian Bobin ou Erri de Luca, et très récemment Le Paradis - un peu plus loin. Des livres de vie en somme.

Mais sur le site, nada. Du lourd, du sûr, du DP - développement personnel - à tous les étages qui va de "Comment ne pas être une mère parfaite" à "Pourquoi j’aime pas les frites ? C’est grave ?" en passant par trois poèmes, l’anti-déprime, le yoga, enfin tout et n’importe quoi et surtout rien, rien, rien de créatif, rien d’ailleurs, rien du vent, à peine un Hesse ou un Petit Prince pour la forme. Se faire du bien spontanément devient thérapie. N’importe quoi.

Tenez, est-ce que ce petit texte là envoyé par une amie souffleuse n’est pas guérissant ?

La Ralentie de Michaux (c’est dans Plume)

"Ralentie, on tâte le pouls des choses ; on y ronfle ; on a tout le temps ; tranquillement, toute la vie. On gobe les sons, on les gobe tranquillement ; toute la vie. On vit dans son soulier. On y fait le ménage. On n’a plus besoin de se serrer. On a tout le temps. On déguste. On rit dans son poing. On ne croit plus qu’on sait. On n’a plus besoin de compter. On est heureuse en buvant ; on est heureuse en ne buvant pas. On fait la perle. On est, on a le temps. On est la ralentie. On est sortie des courants d’air. On a le sourire du sabot. On n’est plus fatiguée. On n’est plus touchée. On a des genoux au bout des pieds. On n’a plus honte sous la cloche. On a vendu ses monts. On a posé son œuf, on a posé ses nerfs."

On fait la perle... Comme c’est beau ! Vous ne trouvez pas que nous aide plus que "Mes 5 trucs pour réussir votre vie au boulot" ? Dites ?

Laissons les mots des thérapies aux cabinets des thérapeutes, laissons les conseils de lecture circuler sans en faire "un métier"... Pour l’instant c’est juste un club et c’est gratuit mais vous avez déjà les liens des multiples réseaux sociaux (dont Face de Bouc qui conserve toutes vos données ne l’oublions pas), alors je prends un plaisir sadique à ne pas vous donner le lien.

Allez, bonne lecture !

Et pour ce qui est de souffler de jolies choses à l’oreille des gens, c’est vraiment un métier - voyez la compagnie des Souffleurs et autres circulateurs de livres...






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?