Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(26 novembre 2012)

Gens du Sud

Est-ce qu’ils ont pour vous des visages ? Est-ce que vous avez des ami-es en Inde, au Maroc, à Madagascar, au Mali, au Niger ? Des gens qui feraient partie de ceux et celles qui font le pays ?

Des milliards d’aides de toutes sortes convergent vers le Sud et ces pays dits émergents, en voie de développement, etc. Sans que les fléaux ne soient traités à la racine. Résultat : puisque les gouvernements entretiennent en quelque sorte la faiblesse des marchés du Sud de multiples manières en faisant le jeu d’accord économiques inhumains, en attendant il faut que les populations vivent et s’en sortent. Là-bas comme ici, exactement comme les plus pauvres en France, ou ailleurs en Europe.

Sauf que chômages et allocations n’existent pas et qu’il faut faire preuve d’inventivité parce que c’est ça ou rien. Et c’est là que ces deux petits ouvrages hors normes proposés par l’ong belge COTA et Couleur livres prennent tout leur intérêt.

Les récits sont pour la plupart bouleversants que ce soit dans la résistance, comme ces femmes vendeuses de sable à Niamey, ou dans la renaissance, comme cet orchestre de réinsertion de jeunes délinquants par la musique au Vénézuela. Et finalement tous parlent de créativité, des rencontres, de possible, de changement et donnent aux mots de nouveau du poids. Ce ne sont plus les banalités sur la supposée "inertie" de certaines populations. Non, ce sont des témoignages importants et équilibrés par le talent d’écrivain de In Koli Jean Bofane qui ponctue les récits d’un regard plus distancé, plus fluide, et nous permet de reprendre souffle.

Tout de même, c’est incroyablement étonnant de voir qu’après tous ces siècles de guerres, de destructions et de pillages en tous genres, sachant ce que la plupart d’entre nous savent (c’est-à-dire que la paix, la liberté et la sécurité sont préférables à tout), oui c’est étonnant que chacun-e de nous ne consacre pas toute son énergie matin, midi et soir à défendre des valeurs essentielles comme la paix, la liberté, la sécurité, l’accès à des ressources naturelles non-polluées, l’autosuffisance alimentaire...

Voir que l’avidité et la cruauté règnent encore à ce point parmi les hommes reste pour moi un mystère entier. Que certain-es y croient d’accord mais la plupart d’entre nous l’acceptent ou laissent faire me sidère.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?