Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



(14 juillet 2015)

Micro/Macro : en marche !

C’est un 14 juillet un peu spécial.

Sur un tout petit bout de terrain, quelques hectares à peine, les Zadistes ont renforcé la mobilisation : pas d’aéroport, stop les grands projets inutiles, stop la corruption. Selon les copains participants et les organisateurs, le rassemblement a été fort, enrichissant, plein de biodiversité humaine... avec 15 000 participants venus d’autres champs de résistance. Est-ce qu’il n’y a pas de quoi se réjouir ?

Sur un très grand bout de terrain, au sud de l’Europe, les Grecs sont à genoux, pris en tenaille par des humains sans scrupules, les mêmes qui les ont accepté dans la cour de récré européenne en sachant qu’ils n’étaient pas solvables, les mêmes qui ont largement profité des inqualifiables corruptions grecques et qui aujourd’hui, eux-mêmes sur-endettés via les jeux des marchés, montrent les crocs, jusqu’à, peut-être, faire exploser en plein vol l’accord de Thessalonique et Syriza, le parti de l’espoir et de la dignité jusqu’à ces derniers jours. Est-ce qu’il n’y a pas de quoi signer ici ou  ?

Sur un tout petit bout de terrain, à l’autre bout du monde, dans l’un des poumons vitaux de la planète (et donc de l’humanité), d’autres gens en Amazonie se battent pour nous. Un réseau important les soutient à bout de bras. Dans l’indifférence médiatique générale (voir plus bas). Est-ce qu’il n’y a pas de quoi pleurer ?

Au début, quand j’ai commencé moi aussi à dire non et à construire autre chose, je ne me doutais pas qu’il fallait tant de moyens, financiers et humains, tant de persévérance aussi et d’éthique. C’est qu’en face, ceux qui détruisent le monde disposent de moyens colossaux, des siècles de richesses pillées et détournées, des siècles de non-révolte.

Un ami asiatique à qui on demandait un jour son avis sur la Révolution française répondit : "Hmmm, c’est un peu tôt pour en juger."

Dans les trois résistances que je viens d’évoquer, lutter n’est pas une façon de parler : ce sont des vrais gens, des vraies vies qui s’exposent chaque jour... Et chacun-e est porteur-se d’un courage et d’un espoir énormes. Pendant ce temps-là, ça Tour de France, ça Défile et ça Courbe de croissance, etc. Encore combien de vies ?
Et vous ?
Vous avez bien un cerveau ? Des oreilles pour entendre ? Des yeux pour lire ?
Un coeur pour compatir ?
Des pieds pour marcher ?
Des mains pour écrire, signer, créer ?
Une bouche pour dire...
Non ?
Non.


Sur les priorités médiatiques... faites passer le message ci-dessous.

"SCANDALEUX : 2000 "JOURNALISTES" CONTACTÉS POUR LA RENCONTRE PRESSE DE LEADERS GUARANI-KAIOWÁ, 1 INSCRIT !

Deux leaders indigènes Guarani-Kaiowa, ce peuple en cours d’extermination au Brésil par les géants de l’agro-business, se rendent en France la semaine prochaine. Ils sont muselés dans leur pays et comptent sur le réveil de la communauté internationale. Nous ne devrions pas avoir à supplier les médias pour qu’ils s’emparent de ce cas très grave, exposé dans un dossier que nous avons préparé, d’autant qu’une compagnie française participe à la spoliation de leur terre et à leur mise en esclavage. Nous organisons une conférence de presse la semaine prochaine et avons envoyé une invitation à plus de 2000 "journalistes". Une seule d’entre elle, issue d’un média modeste, s’est inscrite. Les seules autres réponses que nous avons obtenues sont "veuillez me retirer de votre liste d’envoi"... Quand en on est à ce point d’indifférence, il ne faudra pas être surpris du retour du boomerang.

Ne baissons pas les bras ! Nous appelons chacun d’entre-vous à contacter les médias en les exhortant à venir écouter les deux leaders Guarani-Kaiowas (nous taisons leur nom jusqu’à leur arrivée car ils sont menacés de mort), en leur diffusant par exemple ce lien.

Si vous parvenez à en réveiller quelques-uns, priez-les d’entrer en contact avec nous en urgence, il en va de la survie d’un peuple, qui veille vaillamment sur le poumon de notre planète, soit dit en passant."

(merci à Gerard Blain et à la FA pour l’image)






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?