Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Alain Dorange - créer un éco-hameau

(modifié: novembre 2011)

Alain Dorange a participé à la création du Moulin de Busseix, dans le sud du Limousin. Il s’agit d’un éco-hameau où l’on trouve de splendides maisons écologiques, une maison commune, une cabane, une ancienne maison de pierres, un potager sans pesticides, du solaire et plein de projets !

>> Par votre éducation et votre milieu étiez-vous familiarisé avec l’écologie ?
Né en 1940, mon éducation s’est faite pendant la période des Trente Glorieuses au cours de laquelle triomphait l’idéologie du progrès scientifique, technique et économique que seules quelques personnes contestaient. Issu d’un milieu de petits commerçants le sujet de l’écologie était ignoré.
La prise de conscience s’est faite vers 1968 et s’est concrétisée plus tard par mon adhésion au parti des Verts en 1989. Je pensais que les solutions passaient par un changement de politique.
Je continue de le penser mais je crois maintenant qu’il ne faut pas attendre un changement de politique pour amorcer localement l’évolution souhaitée.

>> Par quelle porte êtes vous entré dans la vie active ?
Par les études, à une époque où l’ascenseur social fonctionnait (grands-parents agriculteurs, parents commerçants à Paris, enfant professeur). Après une brève expérience décevante dans une école d’ingénieurs, j’ai trouvé la voie qui me convenait dans l’enseignement grâce à une bourse d’élève professeur (IPES).

MoulindeBusseix

>> Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans un éco-hameau ?
Les expériences d’éco-village m’ont intéressé très tôt (Auroville, communauté de l’Arche). Cet intérêt s’est réactivé au moment de ma retraite avec le désir de l’occuper avec un projet significatif. De plus j’ai été pendant quatre ans responsable de la commission énergie des Verts ce qui m’a donné l’occasion d’animer de nombreux débats autour des problèmes énergétiques et de la sortie du nucléaire. J’ai fini par en avoir assez de dire ce qu’il faudrait faire et éprouvé le besoin pressant de mettre en accord mes paroles et mes actes.
Le fait que Nicole partage ce désir de changer de vie a permis que nous nous lancions dans ce projet.

>> J’imagine qu’il y a eu des difficultés sur le chemin, qu’est-ce qui vous a fait tenir ?
Le fait d’être deux et la présence à nos côtés d’associés. La principale difficulté a été de trouver un site convenable (nous voulions une surface suffisant pour y installer un agriculteur bio, une habitation provisoire, un certificat d’urbanisme pour les futures constructions, la proximité d’une ville pour que Nicole puisse y travailler et tout cela pour un prix raisonnable pour pouvoir entreprendre les constructions neuves). Pendant un an nous avons cherché avant de trouver le site du moulin de Busseix.
Cela n’a pas affecté notre détermination car nous étions persuadés que l’important était de trouver le site et qu’ensuite nous n’aurions aucun mal à y attirer de nouveaux associés.
La plupart des gens que nous rencontrons depuis cinq ans avec un projet comparable cherchent d’abord à constituer une équipe, à définir des règles de fonctionnement et ensuite seulement à trouver un site or il est plus difficile de se mettre d’accord sur un lieu idéal en groupe et souvent le projet capote faute d’une mise en œuvre assez rapide.

>> Aujourd’hui, que se passe-t-il à Busseix ?
D’abord avec l’arrivée de nouveaux associés et locataires nous sommes maintenant dix associés avec sept résidents permanents sur le site. Nous accueillons toujours de nombreuses visites, de plus en plus de personnes avec des projets d’éco-lieux.
L’association Busshélios organise des stages, des soirées thématiques, elle va accueillir l’Alter-Village d’ATTAC cet été.
Nous avons régulièrement des articles dans diverses revues et avons fait l’objet d’une émission de télévision sur le thème de la vie collective. La poursuite des constructions neuves, la restauration des bâtiments anciens, l’entretien du potager et des terres nous occupent beaucoup.

Site : Moulin de Busseix

(juin 2010)



Vos commentaires

  • Le 20 septembre 2013 à 15:19, par auteur noyer daniel en reponse Alain Dorange - créer un éco-hameau

    Passage loupé cet été mon épouse a eu un accident.
    J’espère passer en novembre si vous êtes OK
    Amitiés
    Daniel NOYER

  • Le 2 août 2015 à 16:37, par auteur Le borgne en reponse Alain Dorange - créer un éco-hameau

    Bonjour Alain Dorange ,

    je cherche a travailler en échange logement et nourriture ,
    est ce possible ?
    je suis mecanicien a la base bien que je ne pratique plus ,je m interresse surtout a la construction alternative pour un futur projet (qd jaurais les sous) construire ma maison .Je connais Auroville j y est ete par 2 fois .

    Merci de votre réponse .

    Patrick




Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?