Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Biodynamie, permaculture et agro-écologie

(modifié: octobre 2013)

Certes, il y a l’agriculture biologique mais pas que... D’autres formes de culture des sols poussent les choses un peu plus loin et proposent une vision plus globale de cette relation tellement particulière à la terre qu’est l’agriculture. Encore assez marginales, elles représentent de vraies options pour nourrir la planète sans y laisser notre peau (et nos sols). D’ailleurs je n’invente rien, c’est le rapporteur des Nations Unies qui le déclarait en juin 2010 : « Pour nourrir le monde, l’agro-écologie surpasse l’agriculture industrielle à grande échelle » (source).
Vous allez voir, comme beaucoup d’alternatives au début ça semble un peu space mais en fait c’est juste génial !

> Rudolf Steiner (1861-1925) était un penseur autrichien très inspiré par Goethe et qui élabora une vision très complète de la relation de l’homme à la terre. A voir le volume impressionnant de ses écrits, on dirait qu’il a réfléchi sur tous les domaines de la vie humaine, de la nature aux rêves en passant par l’éducation et la politique. La partie "agricole" de sa pensée pourrait se résumer à nourrir les hommes et soigner les sols par des préparations de plantes. Il a appelé cela la biodynamie. Ses techniques s’appliquent aux légumes, aux fruits et aussi au vin. En France, les produits issus de la biodynamie sont rassemblés sous le nom Demeter. Plus d’infos sur le portail du MABD, Mouvement de l’agriculture bio-dynamique.

> La permaculture a été élaborée par deux agronomes américains, Cyril G. Hopkins et Franklin H. King dans les années 1910. Le concept est celui de la "permanent agriculture", une agriculture pérenne. Dans les années 1970, Bill Mollison et David Holmgren, deux Australiens, reprirent l’idée en la diffusant beaucoup plus largement. Le but est de ne plus labourer la terre. Oui, vous avez bien lu : plus du tout. Au lieu de cela, on nourrit le sol. Des adresses ici pour vous informer, vous former ou flâner dans des lieux de permaculture qui sont toujours très inspirants.

> Né en 1938, Pierre Rabhi a été ouvrier avant de poser les bases de l’agro-écologie, une vision globale et humaniste de l’agriculture (l’agro-écologie) et de la vie qui passe par une remise en question de l’éducation. Après avoir travaillé au Burkina-Faso, il a fondé l’idée d’Oasis en tous lieux, ainsi que la structure Terre et Humanisme en Ardèche qui accueille des stagiaires. Il est à l’origine d’une insurrection des consciences (voir son blog) et du mouvement des Colibris.

Aussi, pour comprendre à fond les enjeux vitaux de l’agriculture respectueuse de la terre et des champs, intéressez-vous à la question crucial du sol et des semences.

Pour creuser, on peut voir aussi les personnalités présentées dans les Alternatives de terrain.



Vos commentaires

  • Le 13 mai 2014 à 05:01, par auteur sylvie en reponse Biodynamie, permaculture et agro-écologie

    Je vous conseille un nouveau livre qui vient de paraître à ce sujet : aux sources de l’agriculture, la permaculture : illusion et réalité. Un livre pédagogique qui se lit comme une nouvelle.

  • Le 18 octobre 2014 à 12:31, par auteur Xavier en reponse Biodynamie, permaculture et agro-écologie

    Tres interessant ! Merci pour cet article !




Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

A lire aussi : livres, liens

  • La révolution d’un seul brin de paille, M. Fukuoka, Trédaniel.
  • Le naufrage paysan, Jacques Maret, 2009.
  • A propos, vous saviez que les AMAP viennent du Japon ?

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?