Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Semences

(modifié: mai 2014)

La question des semences est actuellement capitale pour l’avenir du vivant.
En effet, depuis la Révolution verte, en Europe, la quasi-totalité des variétés anciennes gratuites ont été remplacées par des semences hybrides (croisement de variétés plus résistantes nécessitant des engrais de synthèses) payantes et inscrites sur un catalogue général officiel. Hors de ce catalogue, point de salut pour le semeur.
Avec les OGM ce sont carrément des semences modifiées et brevetées qui se baladent en plein champs sans que de réelles observations scientifiques indépendantes aient été avancées (à l’exception à ma connaissance, en France, des travaux du Crii-Gen). De plus, les paysans n’ont juridiquement pas le droit de réutiliser leurs semences d’une année sur l’autre.
C’est courant depuis quelques temps dans l’hémisphère sud et ça commence en Europe : les paysans refusent haut et fort de payer pour pouvoir replanter leurs cultures. Alors plongez-vous dans le débat et lancez-vous dans la production de semences pour favoriser la biodiversité depuis votre balcon !

Donc vous l’aurez compris : du choix de la semence dépend beaucoup... et c’est ainsi que planter ses choux est en train de devenir un acte de résistance. Mais prudence, qui dit semence bio peut aussi vouloir dire hybride F1 (et non variété ancienne). Ce petit film, "La Guerre des Graines", pourrait vous éclairer.

Depuis 30 ans, Biau Germe rassemble une vingtaine de producteurs en bio qui proposent également des variétés anciennes.
L’association Kokopelli diffuse aux particuliers des semences anciennes libres de tout... notre patrimoine en somme. Particularité : ce sont les seuls à refuser l’inscription de leurs semences au catalogue officiel - chapeau !
En Suisse, Sativa fait la même chose en lien avec la biodynamie (label Demeter).
La Ferme de Sainte-Marthe dispose d’un catalogue de plants bio (légumes, fruits, fleurs, herbes) très complet et le Jardin de Sauveterre d’un splendide catalogue de fleurs sauvages.

Depuis quelques temps, des Maisons de semences commencent à voir le jour en France. Et on peut troquer ses graines avec une plate-forme bien sympa.

Ailleurs dans le monde, les paysans pauvres sont obligés de racheter des semences d’une année sur l’autre car ce sont des semences génétiquement modifiées pour ne pas se reproduire. En plus des dommages sanitaires et environnementaux, c’est une grande violence faite à leurs savoir-faire, à leur pratique et à la terre qu’ils travaillent.

La Via Campesina se bat pour que les paysans reprennent le contrôle des systèmes alimentaires.
Inf’OGM vous informe en toute indépendance.

> Ici Christian Velot définit précisément les hybrides F1 et les OGM (20min).
>Et là un bon petit film (19’) éclairant sur la question des semences.
> Ici, une géniale cartographie des semences.
>Lire aussi, Semences : l’invisible guerre et Flore.



Vos commentaires

  • Le 18 juin 2013 à 17:25, par auteur seb en reponse Semences

    Bonjour,
    Je vous donne mon petit grain de sel :
    je suis à l’origine de l’initiative Graines de Troc, une plateforme d’échange de graines pour jardiniers qui s’inspire du fonctionnement des SEL. www.grainesdetroc.fr
    J’espère que vous serez sensible à ses objectifs.
    Fertilement,
    Sébastien




Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?