Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Agriculture bio

(modifié: février 2012)

Confusion des genres : on appelle aujourd’hui agriculture "traditionnelle" des pratiques datant à peine du 20e siècle, utilisant à outrance les machines et les pesticides issus de la Révolution Verte. Des pratiques par conséquent réservée aux pays riches pour acheter tout ça. Des pratiques fortement subventionnées où plus on a d’hectares plus on reçoit des subventions et plus on achète des machines, des intrants, etc.

L’agriculture naturelle (avec toutes ses spécificités locales, terroir par terroir), elle, est connue depuis des siècles, encore actuellement pratiquée par des milliers de paysans et donne d’excellents résultats. Pourtant, curieusement, elle semble à certains un effet de mode...

Pourquoi ? Parce que les pays riches sont des pays majoritairement urbains et qu’en ville le bio c’est souvent cher.
C’est vrai mais pourquoi ? Parce que cette agriculture hautement durable, qui ne pollue pas les sols, n’est tout simplement pas aussi soutenue que l’autre par les États.
Pourquoi ? Parce que les industries productrices de machines, d’intrants et de pesticides fabriqués par des industries de la pétrochimie sont très proches des gouvernement et ne feront aucuns profits dans une agriculture bio.
CQFD.

> En mai 2010, en France la première chambre d’agriculture indépendante et locale a vu le jour au Pays Basque après 5 ans de lutte et procès divers. Mettant en valeur la richesse du Pays Basque qui a fait des choix qualitatifs forts depuis des années, cette structure originale et pionnière Euskal Herriko Laborantza Ganbara conseille les paysans et fédère les volontés de changement. L’existence de cet organisme peut sembler anecdotique mais qu’on ne s’y trompe pas : quand on connaît la puissance de la centralisation en France et la mainmise des gros groupements agricoles de haut profit sur les terres, cette initiative dénote un courage et une persévérance exceptionnels.

> Dans les régions, on trouvera des Groupements d’Agriculteurs Bio (ou GAB). Dans le Nord le Gabnor, dans le Limousin le Gablim, Gab85 en Vendée, Gab72 dans la Sarthe, Bio Ariège en Ariège, Civam dans le Gard... Passez par eux pour trouver la liste des producteurs de votre coin et soyez vigilants avec vos fournisseurs car tout ce qui brille en vert n’est pas bio.

> La Fédération Nationale d’Agriculture Biologique a été la première à organiser le débat et les actions, c’est l’acteur historique.

> La ferme de Sainte-Marthe est un lieu ouvert pour découvrir l’agriculture bio. Production de semences et de légumes. Le réseau d’Intelligence verte est aussi une mine d’informations. Les deux lieux organisent régulièrement les Entretiens de Millançay.

 :: Agriculture durable ::

> Le Réseau national de l’Agriculture Durable (RAD) a des antennes dans les régions (Aquitaine, Bretagne, Bourgogne, Haute-Normandie, Basse-Normandie, Limousin, Midi-Pyrénées, Pays de la Loire, Poitou-Charentes). On n’est pas dans le biologique mais dans une forte réduction des intrants et des pesticides ainsi qu’une réflexion intéressante sur l’autonomie. Pour certains, ça peut être un premier pas.

Aussi, pour comprendre à fond les enjeux vitaux de l’agriculture bio, intéressez-vous à la question crucial du sol et des semences.

Quant aux hommes qui cultivent la terre, si vous en croisez, des vrais, par pitié ne les traitez pas "d’agriculteurs" et ne leur parlez pas de leur "exploitation", non, ça leur fait trop mal... paysans ça ira.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

A lire aussi : livres, liens

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?