Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Ville

(modifié: février 2014)

Faire entrer l’écologie dans la vie urbaine ? Cultiver des tomates sur le balcon ou partager un jardin ? Se familiariser avec l’apiculture ? Dépolluer son environnement ou participer à une Amap ? Pourquoi pas ! Tout le monde n’a pas envie de campagne et la transformation des villes est un chantier passionnant.
Actuellement, la plupart des villes sont des structures de vie extrêmement polluantes, avec des transports en commun peu développés. Elles sont en outre fortement dépendantes des importations quotidiennes (nourriture, énergie, biens de consommation), qui reposent entièrement sur l’énergie du pétrole, qui elle-même se fait rare (et donc chère) - même l’Agence Internationale de l’Energie l’a confirmé durant l’hiver 2010 (ici).
Je sais, je sais, ça donne un peu la migraine mais c’est comme ça.

L’écologie en ville est assez difficile dans la mesure où c’est un environnement qui est coupé de la nature : peu importe de connaître la nature du sol puisqu’il est bétonné, les semences et les cycles de la vie puisqu’on se sert de produits poussés à des milliers de kilomètres, de respirer un air pur puisqu’on est enfermé au bureau ou chez soi la plupart du temps.

Bref, au quotidien, les urbains ressentent peu la force de la nature (ou ressentent fortement son absence) et ses rythmes propres. Du coup, la perception de l’écologie en ville passe par un critère majeur et quasiment unique : le prix ! Le prix des produits bio, le prix des équipements... Et après les prix, les discours avec les campagnes de sensibilisation.
En ville plus qu’ailleurs on voit que sans une vraie volonté politique cohérente (construction d’éco-quartiers, réductions sur les transports, toutes les cantines en bio, etc.), le changement reste difficile. Raison de plus pour s’accrocher, surtout quand on voit les pistes des villes en transition !

 :: Ecoquartiers ou Quartiers verts ::

> En France, le premier éco-quartier fait son apparition en 2003 à Bazouges-sous-Hédé, en Bretagne. Actuellement quelques projets sont en cours de réalisation et beaucoup... dans les cartons. C’est bien lent. La page Wiki consacrée au sujet est assez complète.
> Un tour du monde des quartiers verts a été lancé en 2011 par deux amis. Ils ont créé l’association GreenGo et racontent leur périple sur leur site.

> Les plus emblématiques sont à Fribourg (Allemagne) avec le quartier Vauban dont la réhabilitation écologique a commencé en 1996, à Londres (Angleterre) avec le BedZed inauguré en 2002 et la ville de Malmö au sud de la Suède.
> Beaucoup d’infos (actus, annonces, agenda) sur le site du Réseau inter-régional d’habitat groupế (ou participatif, ou collectif, etc.).

 :: Pollutions invisibles ::

> Les ondes : difficile d’y voir clair !
Une étude demandée par la Commission Européenne a porté de 1999 à 2008 sur une éventuelle corrélation entre certains cas de cancers et l’exposition aux ondes magnétiques. Nommée Interphone, les résultats, très attendus, ne sont toujours pas disponibles mais indiquent un lien entre certaines tumeurs et l’usage intensif des téléphones portables.
Dans tous les cas, utilisez une oreillette et coupez-vous portable lorsque vous vous déplacez (c’est en cherchant le signal de relais en relais que les ondes sont les plus fortes).
En 2008, la ville de Lyon a mené campagne pour déconseiller l’usage des portables aux enfants de moins de 12 ans. L’association des Robin des toits travaille sur le sujet. > Pour tout savoir sur les jardins filtrants, le blog de Phytostore.
> Le site Botanic propose un diagnostic de votre environnement permettant de déterminer quelle plante pourrait efficacement contribuer à l’assainir. Attention, essayez ensuite de choisir des plantes pas trop lointaines !

 :: Rencontres ::

> Depuis 2006, se tiennent chaque année dans une ville différente les Rencontres de l’Habitat Participatif : beaucoup d’infos, d’idées et de soutiens pour créer l’habitat dont vous rêvez ! > Une des grandes magies des villes c’est le café : ce groupement aléatoire d’individus de tous bords généralement plus assoiffés de rencontres et de partages que de calva. Des cafés sympathiques avec des échanges passionnants : Les Cafés Citoyens et les Cafés Géo.
> Voir aussi du côté de la Place publique où un Observatoire et un Magazine présentent des initiatives citoyennes et des infos intéressantes.

 :: Villes du futur ::

> Le mouvement des Villes en Transition s’inspire des réalisations de la ville de Totnes (UK) qui a mis en oeuvre en 2005 une transition d’une économie tout pétrole vers une économie locale favorisant les énergies renouvelables. Un site rassemble tous les Territoires en Transition de France (villes, communes...). Inutile de refaire ce qui a déjà été bien fait : pour tout comprendre sur ces passionantes transitions, rendez-vous chez Imaginaire libre pour consulter la page très complète dédiée aux villes en transition. Également une liste de discussion sur le sujet.

> Le mouvement des Città Slow est né en Toscane dans la tête de Paolo Saturnini en 1999. L’idée est liée au Slow Food de Carlo Petrini, où comment retrouver la valeur et le goût d’une alimentation locale. Ralentissement général au programme, valorisation des compétences et savoirs-faire locaux, concertation et écologie de proximité sont au rendez-vous. Le mouvement des Citta Slow essaime, pollinise aussi avec l’indienne Vandana Shiva, se mobilise régulièrement contre les OGM. Une seule ville en France pour l’instant : Segonzac en Charentes.

>> Sur l’agriculture urbaineà Détroit, Florent Tillon a fait un très beau film. Sophie Chapelle a publié sur Alter-Echos une belle série d’articles sur des villes passées au potager.

>> Voir aussi les éco-lieux de vie dans les campagnes françaises.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

A lire aussi : livres, liens

  • Le Jardin !
  • Les pollutions invisibles, C. Gladel, Les Intouchables, 2008.
  • Saison brune de P. Squarzoni, Delcourt, 2012

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?