Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Shiatsu : Cécile David

(modifié: février 2012)

Cécile David est praticienne de shiatsu en Limousin. Formée à l’école de Michel Odoul, elle pratique cette science chinoise de l’énergie avec patience et humilité.

1 - Par votre éducation et votre milieu étiez-vous familiarisée avec les médecines alternatives ?
> Pas du tout ! Je viens d’un milieu assez conventionnel, et j’ai reçu une éducation plutôt stricte. Ma mère exerçait en tant qu’infirmière en hôpital, et pratiquait donc des soins classiques. Jusqu’à ce qu’elle rencontre un médecin homéopathe qui utilisait des techniques dont peu de gens parlaient à l’époque. Elle a été son assistante pendant quelques années, et c’est ainsi que les médecines alternatives ont peu à peu fait irruption dans notre vie.

2 - Comment s’est faite la rencontre avec cette autre façon de se soigner ?
> Par ce médecin homéopathe tout d’abord, puis par d’autres ensuite. Chacun avait sa façon à lui (et à elle !) de travailler mais ils avaient tous en commun des qualités d’écoute, et ne comptaient pas leur temps. Puis un jour, le "hasard" a fait qu’une praticienne anglaise de shiatsu s’est installée à côté de chez moi, dans un tout petit hameau limousin. Poussée à la fois par le désir de l’accueillir et par la curiosité concernant sa pratique, j’ai découvert un monde totalement inconnu, qui m’a beaucoup aidée lorsque ma santé a été mise à mal par quelques épreuves de la vie.

3 - Comment avez-vous dépassé les difficultés liées au changement de vie ?
> Tout changement de mode de vie implique une remise à plat d’un certain nombre d’habitudes de pensées et de comportements, ce qui entraîne parfois une période de fragilité. Alors dans l’ombre, voilà le doute qui vous guette et qui attend son heure pour vous mettre le grappin dessus ! Le meilleur remède me semble être la prise de distance. Prendre de la hauteur, examiner la situation comme si elle vous était extérieure. Et par dessus tout, cultiver la confiance en la vie, accepter les expériences qu’elle vous apporte et dont elle vous nourrit.

4 - Quelle est la spécificité du shiatsu par rapport à d’autres approches orientales ?
> Le shiatsu a bien des points communs avec d’autres approches orientales. En particulier, il propose une vision globale de la personne dont le corps et l’esprit sont interdépendants et interactifs. Il ne nie pas l’aspect mécanique du corps, mais l’enrichit par des caractéristiques énergétiques propres à chaque organe. Sa spécificité réside peut-être cependant dans le fait qu’il propose un travail global sur le corps, mis en œuvre par une tierce personne, ce qui permet un bon relâchement puisqu’il n’y a rien d’autre à faire que de se laisser aller sous les mains du praticien. D’autre part, c’est une pratique non invasive, dans le sens où elle ne touche pas au potentiel énergétique de la personne, mais rééquilibre les éventuels excès et insuffisances, comme le feraient des vases communicants.

5 - Le shiatsu est-il adapté pour les enfants et les ados ?
> Le shiatsu est déconseillé pour les enfants de moins de 7 ans, car leur développement énergétique n’est pas achevé avant cet âge. Le shiatsu donne de bons résultats avec les enfants et les ados, qui sont souvent beaucoup plus réceptifs et ouverts que les adultes. Etant moins enfermés dans une logique de systèmes, ils sont souvent en mesure d’établir des liens avec leur problématique, et d’en trouver le sens avec leurs mots propres. L’amélioration puis la résolution des problèmes est parfois assez rapide. Il y a quelquefois un peu d’appréhension de leur part avant une séance (éprouvée aussi par les parents d’ailleurs !) ; l’écoute, la bienveillance et un peu d’humour parviennent à mettre l’enfant ou l’ado en confiance, et à partir de là un travail de qualité peut commencer !

6 - Est-ce que vous faites un lien avec le bien-être que vous apportez aux gens, le vôtre et celui de l’environnement ? Concrètement, comment est-ce que cela se traduit ?
> Ce lien est une réalité qui prend forme concrètement au fur et à mesure que la pratique se met en place : si le praticien est fatigué, ou tracassé par des pensées "parasites" (ce qui est humain après tout !), il sera moins à l’écoute, moins présent, et la personne qui vient le consulter le ressentira. C’est pourquoi il est essentiel que le praticien soit à l’écoute de lui-même, qu’il respecte des temps de repos pour son corps, et qu’il fasse aussi régulièrement le "ménage" dans son esprit et son mental. Il y a toute une écologie interne à mettre en place, et à appliquer au quotidien, pour réduire ses déchets (mauvaise hygiène physique et psychique), afin qu’ils ne viennent pas parasiter sa pratique. Personnellement, j’ai aussi besoin, de façon vitale, d’évoluer dans un environnement relativement préservé. Marcher en conscience en pleine nature, respirer un bon air, permet de recharger mes batteries et d’aérer mon mental. Et de prendre conscience pleinement que nous sommes debout, entre la Terre et le Ciel, et que ce sont eux qui nous nourrissent. Ca peut paraître naïf ou simpliste, et pourtant nous devons veiller à ne pas devenir une "humanité hors-sol", comme le dit Pierre Rabhi. Le contact avec la nature a le mérite de nous remettre à notre juste place.

7 - Vous qui travaillez avec vos mains, pouvez-vous citer des gestes que vous trouvez beaux ?
> Les mains ont ce pouvoir merveilleux de donner et de recevoir, de faire, de créer. J’admire le geste sûr du menuisier ou de l’ébéniste qui va travailler sa pièce de bois et lui donner forme, de même que le potier ou le sculpteur, qui vont donner libre cours à leur créativité à partir d’un morceau d’argile informe. La justesse du geste, qui vient après tant d’années d’apprentissage parfois, induit le respect de la matière, quelle qu’elle soit. Enfin, quoi de plus beau que de tenir la main d’une autre personne, quel que soit son âge, unis par des liens d’amitié ou d’amour, peu importe, mais dans tous les cas de profond respect et de bienveillance. Alors naît vraiment le sentiment d’appartenir à la communauté des hommes.

(février 2012)

Pour contacter Cécile David : Reliance Shiatsu
Cécile a participé aux bonus pédagogiques sur le shiatsu pour la série bd Sweet Relax.






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?