Dans l'océan du net, des chroniques et plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.



Mmmm mes 7 restos

(modifié: avril 2012)

Alors là, en tant que gourmette, ex-rédactrice des Guides Verts Michelin, une année associée au grand Léo Fourneau (jadis dans Elle), je me fais ici plaisir et j’espère que vous vous ferez plaisir ! Parmi toutes les tables auxquelles j’ai eu la bonne fortune de m’assoir un jour pour me sustenter, j’en ai choisie sept... sept tables inspirées et savoureuses pour des raisons différentes : une créativité généreuse, un vrai respect (et donc un amour) du métier, des aliments, de vos papilles et de vos estomacs, une ambiance aussi... Avec le temps, à vous de voir si le souvenir est intact !

A Annecy : Laurence Salomon
"Beau, bon, sain et digeste" : cela s’appelle de la cuisine originelle et c’est une petite merveille. Naturopathe, passionnée de nutrition, Laurence Salomon a ouvert son restaurant Nature et Saveur en 2000 et son école de cuisine dix ans plus tard. Elle s’inspire et compose un menu unique basé sur des ingrédients bio et/ou locaux de grande qualité. Elle brille selon moi plus spécialement dans les desserts où, enfin, le sucré en toute simplicité n’écrase plus les saveurs proposées. Généreuse dans son approche, Laurence Salomon propose en outre des recettes en ligne et dans des livres, dont certaines sont vraiment simples !
Le site : Nature et Saveur

En Ardèche : La Cerise sur l’Agneau
La saga d’Ardelaine fera rêver les plus entreprenants : pensez donc un hameau de l’Ardèche au bord de l’oubli et de la ruine, repris par une équipe de passionnés qui redonne vie à la filière laine traditionnelle. De l’atelier sortent coussins, matelas ainsi que des vêtements chics et chauds. Manquait un coin où se poser durant la visite du lieu, un coin pour bouquiner et se régaler... Depuis 2010, un café-librairie et un restaurant de saison ont ouvert, "La Cerise sur l"Agneau". Ambiance détendue, grande tablée et assiettes ensoleillées, notamment avec des variations bien maîtrisées dans les salés-sucrés. L’équipe se fournit dans un rayon de 50km.
Le site : La Cerise sur l’Agneau

A Barjac : Mas de Rivet
Qui ne connaît pas Barjac ? Mais si, rappelez-vous, le village futuriste de" Nos enfants nous accuserons" où le maire passe la cantine en bio... Eh bien là, à Barjac se tient cette auberge véritablement provinciale, en plein dans la garrigue, qui accueille ses hôtes en fin de semaine. Tout est bio ou presque et beaucoup vient du jardin. La cuisine est prévue en fonction des réservations. Les plats sont assez classiques mais justement c’est très intéressant car cela permet de revisiter des saveurs oubliées.
Le site : Mas de Rivet

A Paris : Aquarius
On pourrait appeler ce restaurant parisien l’anti-végétarien tout simplement parce que tous ceux qui y vont, végétariens ou pas, l’adorent. En plus, pour une cuisine de qualité dans la capitale les prix relèvent du défi et les portions ne laissent personne sur leur faim. Des grands classiques de la cuisine vég’ (lasagnes, couscous, gâteau choco...) bien équilibrés et parfaits pour les soirées d’hiver. Bonne ambiance de quartier.
L’adresse : rue de Gergovie, fermé le dimanche.

A Paris : Les Cinq Saveurs d’Anada
Grosses salades aux légumes de saisons, assiettes macrobiotiques généreuses, soupes et jus de fruits frais pressés, tout bio et tous petits prix dans une ambiance sans chichi. Une oasis de fraîcheur à Paris et un accueil charmant.
Le site : Les Cinq saveurs d’Anada

A Paris : Passard
C’est sur ses trois jardins potagers (où se pratique la traction animale) que ce grand chef qui a tout compris se fournit. Très inspiré, il créé des plats comme d’autres peignent des toiles... C’est de la très grande cuisine bien sûr même si elle ne m’a pas forcément touchée à vrai dire. Pour être plus précise j’avais été esthétiquement impressionnée mais pas vraiment remuée.
Le site : L’Arpège

En Aveyron : Michel Bras
C’est dans l’Aveyron de Julien Gracq que le petit miracle culinaire nommé Bras a éclot... et je pèse mes mots. L’adresse est mondialement connue, l’homme est enchanteur, complètement habité par son art, cueilleur, rêveur, alchimiste et grand passeur de beauté entre l’Aveyron et le Japon aussi. Si vous passez dans le coin avec une tirelire cassée, faites le détour et vous vous offrirez un moment rare. La mauvaise nouvelle c’est que Michel Bras se retire, mais la bonne nouvelle c’est que son fils poursuit dans la même veine avec son père et la suite risque d’être fort intéressante. Moi qui ai toujours rêvé d’habiter à l’hôtel, si je pouvais je prendrais pension permanente car le lieu aussi abrite les nuits.
Le site : Bras






Twitter FacebookRSS

Ce site est proposé par

Cliquez ici pour voir tous nos livres.
<p>Mes adresses, trucs, conseils</p>
C'est La Seiche qui pèche !
Dans l'océan du net plus de 1000 adresses fiables, éthiques et bio.


Zoom de la semaine

Rencontres avec des passionnés

Et pourquoi une seiche ?

Parce qu’elle a plein de tentacules pour toucher et s’intéresser à 1001 choses ! Sa capacité d’apprentissage est étonnante, elle s’adapte et change de couleur plus vite que le vent. Et sa meilleure défense c’est... son encre sépia. Autrefois, quand les écoliers s’en allaient flâner sur les chemins de traverse, dans les encriers l’encre séchait... Mais qui est La Seiche ?